Écrit par Alexis LEBEGUE le 02 mai 2024 Mise à jour le 16 mai 2024

Arrêt cardiaque : quelles chances de survie ?

Sommaire

Les chances de survie face à un arrêt cardiaque

Facteurs influençant le taux de survie après un arrêt cardiaque

Qu’est-ce que la chaine de survie ?

Les gestes de secours : augmenter les chances de survie

Vivre après un arrêt cardiaque : séquelles et réadaptation

Questions fréquemment posées
Quelles sont les chances de survie après un arrêt cardiaque ?

Les chances de survie face à un arrêt cardiaque

La survie face à un arrêt cardiaque dépend de nombreux facteurs. Les statistiques montrent des taux de survie faibles, inférieurs à 10% dans la majorité des régions du monde. La France n’est malheureusement pas épargnée et on y constate également un taux de survie de l’ordre de 10%.

Cependant, certains facteurs peuvent augmenter ces chances de survie. Par exemple, le taux de survie peut atteindre 20-30% dans des pays d’Europe du Nord ou certaines villes Nord-Américaines où le taux de formation aux gestes de premiers secours est plus important qu’en France. De plus, si les gestes de secours sont pratiqués correctement et rapidement, le taux de survie peut monter jusqu’à 35%.

Il est aussi à noter que 4 victimes sur 5 qui survivent à un arrêt cardiaque ont bénéficié de ces gestes simples pratiqués par le premier témoin.

 

 

Facteurs influençant le taux de survie après un arrêt cardiaque

Le lieu de survenue de l’arrêt cardiaque joue également un rôle crucial. Par exemple, les arrêts du cœur survenant en milieu hospitalier ont un taux de survie plus élevé, de l’ordre de 40-50%, en raison de la présence de personnel médical formé et de l’accès rapide à un équipement médical avancé. D’autre part, la rapidité de mise en place de la réanimation cardiopulmonaire (RCP) est un facteur déterminant. Chaque minute sans prise en charge diminue de 10% les chances de survie. Ainsi, une RCP rapide et efficace augmente significativement le taux de survie. Enfin, l’âge du patient, son état de santé général avant l’arrêt cardiaque et la cause de l’arrêt influencent également le taux de survie.

 

 

Qu’est-ce que la chaine de survie ?

La chaîne de survie est un ensemble de mesures à prendre dès l’identification d’un arrêt cardiaque pour augmenter les chances de survie de la victime. Il s’agit d’une série d’actions qui se suivent, comme les maillons d’une chaîne, d’où son nom.

Cette chaîne de survie comprend généralement quatre étapes principales :

  • L’appel rapide aux secours, en composant le 15 ou le 112 en Europe,
  • La mise en place immédiate d’un massage cardiaque pour maintenir la circulation sanguine jusqu’à l’arrivée des secours,
  • L’utilisation d’un défibrillateur si disponible,
  • Enfin, la prise en charge rapide par les services médicaux d’urgence.

Chaque maillon de cette chaîne est essentiel et le retard ou l’omission d’un maillon peut réduire considérablement les chances de survie.

 

 

Les gestes de secours : augmenter les chances de survie

Les gestes de secours sont essentiels pour augmenter les chances de survie lors d’un arrêt cardiaque. Il est primordial d’agir rapidement et efficacement. Les étapes clés pour optimiser les chances de survie sont :

  • Appeler les secours : Composez le 15 (SAMU) ou le 112 (Pompiers). Il est crucial de décrire précisément la situation et sa localisation pour que les secours puissent arriver le plus vite possible.
  • Commencer le massage cardiaque : Cette action permet de maintenir une circulation sanguine minimale jusqu’à l’arrivée des secours. Le rythme à suivre est de 100 à 120 compressions par minute.
  • Utiliser un défibrillateur : Si un défibrillateur externe automatique est disponible, il faut l’utiliser sans attendre.

Ces gestes, s’ils sont réalisés le plus tôt possible, permettent d’augmenter considérablement les chances de survie. Chaque minute gagnée, c’est 10 % de chances de survie en plus.

 

 

Vivre après un arrêt cardiaque : séquelles et réadaptation

A la suite à un arrêt cardiaque, les individus peuvent subir des séquelles, qui varient en fonction de la durée de l’arrêt du cœur et de la rapidité de la prise en charge. Les conséquences peuvent être neurologiques, comme des troubles de la mémoire, de l’élocution ou de l’attention, mais aussi physiques, comme une diminution de la force musculaire.

Si l’arrêt cardiaque a été long et qu’aucune mesure de sauvetage n’a été mise en place pendant plusieurs minutes, les séquelles neurologiques peuvent être irréversible et extrêmement handicapantes.

La réadaptation après un arrêt cardiaque est essentielle pour améliorer la qualité de vie du patient. Cette réadaptation peut inclure :

  • La physiothérapie, pour retrouver la force musculaire et l’endurance.
  • Des exercices d’endurance pour renforcer le cœur et améliorer la circulation sanguine.
  • Un suivi psychologique pour aider à gérer le stress et l’anxiété liés à l’événement.

Il est essentiel d’adopter un mode de vie sain, avec une alimentation équilibrée et une activité physique régulière, pour minimiser le risque de récidive. Une prise en charge médicale régulière permet également de surveiller l’état de santé du patient et d’ajuster le traitement si nécessaire.

Questions fréquemment posées

Ces articles pourraient vous interesser

Guide des gestes de premiers secours
Guide des gestes de premiers secours
Lire l'article
Le garrot : comment l'utiliser en cas d'hémorragie ?
Le garrot : comment l'utiliser en cas d'hémorragie ?
Lire l'article
Crise cardiaque : que faire en cas d'infarctus ?
Crise cardiaque : que faire en cas d'infarctus ?
Lire l'article
Prévention de l'arrêt cardiaque : les facteurs de risques
Prévention de l'arrêt cardiaque : les facteurs de risques
Lire l'article

Prêt à échanger sur votre projet de formation ?