Écrit par Alexis LEBEGUE le 07 mai 2024

Crise cardiaque : que faire en cas d'infarctus ?

Sommaire

Définition infarctus du myocarde

Quels sont les signes d’une crise cardiaque ?

Prévenir une crise cardiaque

Comment réagir face à une crise cardiaque ?

Crise cardiaque

 

 

Définition infarctus du myocarde

L’infarctus du myocarde, également appelé crise cardiaque, est une condition médicale grave qui se produit lorsque l’approvisionnement en sang vers une partie du muscle cardiaque est bloqué. Cela est généralement dû à un caillot sanguin qui se forme dans une artère coronaire, souvent à la suite de la rupture d’une plaque de graisse dans l’artère. Il conduit à un arrêt cardiaque.

 

 

Quels sont les signes d’une crise cardiaque ?

Symptômes généraux et douleur au bras gauche

Voici quelques symptômes possibles d’un infarctus du myocarde :

  • Douleur thoracique intense, ressentie comme un étau serrant la poitrine,
  • Douleur qui peut s’étendre aux bras gauche, mâchoires, dos,
  • Essoufflement, nausées, vomissements,

Il est important de noter que tous les infarctus du myocarde ne présentent pas les mêmes symptômes et que certains peuvent même passer inaperçus.

Signes spécifiques chez la femme

Chez certaines personnes, notamment les femmes, les personnes âgées et les diabétiques, l’infarctus peut se manifester par des symptômes atypiques comme une fatigue inexpliquée ou un essoufflement soudain.

Malaise cardiaque

Dans certains cas, vous pourriez également ressentir un malaise général. Cela peut se manifester par une sensation d’instabilité, de faiblesse ou de vertige, parfois accompagné de sueurs froides. Vous pourriez aussi éprouver des douleurs dans d’autres parties du corps, comme le dos, le cou, la mâchoire ou même l’estomac.

Ces signes de malaise cardiaque peuvent apparaître de manière progressive ou soudaine, varier en intensité et durer plus de cinq minutes.

Age et facteurs de risque

L’âge est un facteur de risque non modifiable de crise cardiaque, le risque augmentant généralement avec l’âge. Selon l’American Heart Association, environ 82 % des personnes qui meurent d’une maladie cardiaque sont âgées de 65 ans ou plus. Cependant, des crises cardiaques peuvent aussi survenir chez de jeunes adultes, notamment si d’autres facteurs de risque sont présents.

Outre l’âge, d’autres facteurs de risque sont liés à l’hygiène de vie et aux antécédents médicaux. Certains de ces facteurs sont modifiables, comme le tabagisme, l’excès de cholestérol et l’hypertension artérielle. D’autres ne peuvent pas être contrôlés, comme les antécédents familiaux de maladie cardiaque.

 

 

Prévenir une crise cardiaque

Pour prévenir une crise cardiaque, des mesures préventives peuvent être adoptées. L’arrêt du tabagisme est fondamental car la cigarette augmente le risque d’infarctus en favorisant l’inflammation des vaisseaux sanguins et la formation de caillots.

Pratiquer une activité physique régulière contribue également à la santé cardiaque en maintenant la pression artérielle à un niveau normal et en renforçant le muscle cardiaque.

Une alimentation équilibrée, riche en fruits, légumes et céréales complètes, et faible en graisses saturées, sel et sucre, aide à contrôler le poids, le taux de cholestérol et la pression artérielle.

La réalisation de contrôles médicaux annuels à partir de 30 ans est également recommandée pour surveiller la tension artérielle et le taux de cholestérol.

Enfin, il est nécessaire de gérer le stress et de maintenir une bonne qualité de sommeil pour réduire le risque de maladies cardiovasculaires.

 

 

Comment réagir face à une crise cardiaque ?

En présence des signes d’une crise cardiaque, agissez sans délai.

  1. Composez le 15 (SAMU) ou le 112 (numéro d’urgence européen) : Un médecin régulateur pourra vous aiguiller en attendant l’arrivée des secours,
  2. Réalisez les gestes de premiers secours : Si la personne perd connaissance et cesse de respirer, commencez immédiatement la réanimation cardio-pulmonaire (RCP),
  3. Utilisez un défibrillateur : Si un défibrillateur automatisé externe (DAE) est disponible à proximité, n’hésitez pas à l’utiliser. Il peut permettre de rétablir un rythme cardiaque normal en délivrant un choc électrique au cœur.

Ces gestes peuvent augmenter significativement les chances de survie de la personne victime d’un infarctus.

Diagnostic de l’infarctus : ECG

Lorsqu’un malaise cardiaque est suspecté, le médecin réalise un électrocardiogramme (ECG) dès que possible. Les anomalies détectées lors de cet ECG, effectué lorsque les symptômes sont présents, permettent d’établir un diagnostic.

Si l’ECG est normal, par exemple en dehors des épisodes de douleurs thoraciques, il est répété dans les heures qui suivent ou en cas de réapparition des symptômes. Cela permet au médecin d’obtenir des informations précieuses sur l’état du cœur et d’orienter le traitement approprié.

Questions fréquemment posées

Ces articles pourraient vous interesser

Guide des gestes de premiers secours
Guide des gestes de premiers secours
Lire l'article
Le garrot : comment l'utiliser en cas d'hémorragie ?
Le garrot : comment l'utiliser en cas d'hémorragie ?
Lire l'article
Arrêt cardiaque : quelles chances de survie ?
Arrêt cardiaque : quelles chances de survie ?
Lire l'article
Prévention de l'arrêt cardiaque : les facteurs de risques
Prévention de l'arrêt cardiaque : les facteurs de risques
Lire l'article

Prêt à échanger sur votre projet de formation ?